L'équipe
Novespace
Thierry Gharib

Thierry Gharib

Directeur général de Novespace

Thierry Gharib est directeur général de Novespace depuis 2011. Dans le métier depuis 1990, il a géré les dossiers d’achat et d’adaptation des avions successifs de Novespace : l’A300 ZERO-G en 1997 et l’A310 ZERO-G en 2015.

Formation

Thierry est ingénieur de l’Ecole nationale de l’aviation civile, et diplômé de l’EM Lyon.

Expérience Novespace

Thierry a travaillé dans tous les métiers de Novespace avant d’en prendre la direction : commercialisation des vols paraboliques, support aux équipes scientifiques, organisation de campagnes de vols à bord des divers avions utilisés par Novespace (Caravelle ZERO-G de DGA Essais en vol, KC-135 de la NASA, et bien sûr Airbus A300 et A310 ZERO-G).

Thierry a aussi élaboré divers plans d’affaire pour le compte du CNES et de l’ESA, et dirigé le programme d’observation de la retombée, au large du Mexique et de l’Afrique d l’Ouest, de l’Etage principal cryogénique d’Ariane 5 à l’aide d’un système radar aéroporté aménagé sur l’A310 ZERO-G.

« Fier de cette équipe exceptionnelle, qui opère cet avion unique, au service de chercheurs de haut niveau et de passionnés »

« Travailler à Novespace, c’est d’abord faire des rencontres d’exception : chercheurs, astronautes, pilotes, artistes, entrepreneurs, passionnés d’histoire spatiale et d’aéronautique et tous nos ingénieurs et techniciens, professionnels jusqu’au bout des ongles… et vivre des aventures inoubliables : l’apesanteur évidemment, avec l’émotion incroyable des premières paraboles gravées à jamais dans ma mémoire, l’accompagnement de la recherche scientifique, passion depuis l’enfance et cœur de notre métier,  le défi technique et administratif d’ouvrir les vols aux passionnés, l’aventure technique et financière d’acheter et qualifier un nouvel avion, la coopération avec les acteurs des grandes puissances spatiales : les américains, les chinois, les japonais…, pour l’anecdote, avant l’observation de la retombée d’Ariane 5, faire rouvrir un aéroport de nuit au Mexique à l’aide de quelques bouteilles de Bordeaux, dérouter l’avion vers Cotonou en raison d’une insurrection au Togo et errer dans le port à la recherche d’une grue pour assurer la mission… et surtout, en août 2017, voir le bonheur dans les yeux des adolescents handicapés venus découvrir l’apesanteur, aux petits soins d’une équipe attentionnée et émue qui nous rend plus fiers que jamais ! »